Ciments Lyonnais

Accueil LieuxDits Cadastre de 1969 Cadastre de 1825 Sources Vieilles Maisons Habitants de jadis Vie d'antan Evènements Ciments Lyonnais Cartes Postales Ecole de Cossieux Page Artistique Les Moulins Usine Olivier Scierie Sous Chaly

 

Accueil
LieuxDits
Cadastre de 1969
Cadastre de 1825
Sources
Vieilles Maisons
Habitants de jadis
Vie d'antan
Evènements
Ciments Lyonnais
Cartes Postales
Ecole de Cossieux
Page Artistique
Les Moulins
Usine Olivier
Scierie Sous Chaly

 

          Le 10 mars 1909, la société Anonyme des Ciments Lyonnais fait savoir qu’elle va créer incessamment une usine à quelques centaines de mètres de l’usine Olivier et elle souhaite que la Compagnie des Chemins de Fer Economiques du Sud Est veuille bien accorder un prolongement de l’embranchement jusqu’à l’usine afin qu’elle puisse utiliser la ligne pour le transport des marchandises.

          Elle déclare que la production de l’usine des Barattes sera de 8 à 10 000 tonnes par an, ce qui avec le transport des charbons constituera un trafic important.

         Ce même 10 mars, un courrier du directeur au préfet  demande la possibilité d’avoir un droit de transport sur cet embranchement de tous les produits de la Société des Ciments Lyonnais et que la ligne empruntera la route publique.

         Il semble que le prolongement soit réalisé après 1910 ( le plan d’aménagement date d’août de cette année)

        Le 9 juin 1909 le préfet de l’Ain donne l’autorisation à la Société Anonyme des Ciments Lyonnais à installer sur la commune de Jujurieux  au lieux dit « Les Barattes » une fabrique de ciments avec l’établissement de fours permanents avec certaines réserves :

  • Le broyage et le blutage seront exécutés dans un local fermé, bien ventilé par des cheminées d’aération d’ aération s’élevant à un mètre au moins au dessus de la toiture.

  • Les broyeurs seront entourés d’une clôture destinée à mettre les ouvriers à l’abri des inconvénients de la poussière produite par les appareils.

  • Il ne sera employé que du charbon donnant peu de fumée.

  • La hauteur des cheminées de l’usine sera fixée par M le maire de Jujurieux , après entente avec son collègue de Boyeux-Saint-Jérôme.

  • Les travaux devront être commencé dans un délai de six mois et l’usine mise en activité dans un autre délai de dix-huit mois.

  • La dite Société devra se conformer aux lois et règlements intervenus ou à intervenir sur les établissements incommodes et dangereux.

       A cela le 19 juin la Société des Ciments Lyonnais sise 1 quai de l’Hôpital à Lyon répond :

  • Le broyage et le bluttage seront exécutés non seulement dans un local ventilé, mais dans un atelier pourvu d’un dépoussiérage mécanique, opérant par absorption et récupération des impalpables.

  • La cheminée de la chaudière aura 20 mètres au dessus du niveau du sol et que le four sera surmonté d’un cône métallique(mobile pour les chargements) assis sur le gueulard et muni d’une cheminée d’appel de 14 mètres, donnant ainsi avec les 11,50 mètres de hauteur de four, une élévation d’appel d’air de 25,50mètres.

      Le marquis de Poncin (rien à voir avec le chef lieu de canton) est président de la société (16 Décembre 1909)

Progression et évolution de l'usine

Le site avant la construction (avril 1909)

<
construction du four et des bureaux
(on distingue parfaitement la cheminée d'appel)
L'usine est en place
début de l'exploitation (voir la carrière dans la pente)
Le prolongement de la ligne du tramway est réalisée
construction des silos et des bâtiments annexes de l'autre côté de la route
les bâtiments annexes situés à l'est en deça de la D12 sont déja construits

 L'ensemble apparaît dans son intégralité avec la cantine (face aux silos) et logement pour les ouvriers le long de la route menant à Saint-Jérôme. Cette maison deviendra un café dans les années 30 tenu par Antoine SIBUET.

On distingue les wagons en premier plan devant les bâtiments

L'usine arbore fièrement au dessus de ses silos son intitulé

Gros plan sur les Silos
vue des vignes au dessus du gisement
Vue années 30 et les carrièreres de Cornelle

Hausse des prix 1920

Balances de l'exercice 1923

Demande d'installation d'une pompe à eau dans le Riez 1925

 

Vue de la D12 dans l'immédiat après seconde guerre mondiale

L'usine fonctionne à plein entre les deux guerres. Il est nécessaire d'ouvrir de nouvelles carrières. Ce qui est fait  à Cornelle sur la commune de Boyeux-Saint-Jérôme en un endroit proche de la D 12 à environ 2,5 Km. Une voie de 60 cm pour l'acheminement de la matière première est établie le long de cette départementale. Au départ les wagonnets sont tractés par des mulets. Très vite pour des raisons de sécurité un petit tracteur thermique les remplacera (sources : Mr MEINIER, conducteur). L'usine possède aussi un laboratoire pour l'étude de ses ciments.

 Echantillons et moule

On peut en découvrir certains aspects dans le film de Charles Vanel "Dans la Nuit". Elle fonctionne encore jusqu'au milieu des années 50. Après l'abandon de l' exploitation, les silos servent au stockage de grains. A l'heure actuelle, pratiquement démantelée elle est utilisée sporadiquement pour stockée de la chaux.

 

article paru dans le 

LYON REPUBLICAIN

du 11 Août 1929

Enfournement (cliché du film "Dans la Nuit")

Etiquette de sac de ciment

Accueil LieuxDits Cadastre de 1969 Cadastre de 1825 Sources Vieilles Maisons Habitants de jadis Vie d'antan Evènements Ciments Lyonnais Cartes Postales Ecole de Cossieux Page Artistique Les Moulins Usine Olivier Scierie Sous Chaly

 
Sauf mention contraire, la reproduction des informations diffusées par cette application internet d' ARTHUR 2007, est autorisée à des fins non commerciales à condition que la source soit mentionnée. En outre, sauf cas particulier dûment signalé, les informations diffusées sur ce site n'engagent pas la responsabilité d' ARTHUR 2007. Bien que l'objectif d' ARTHUR 2007 soit de diffuser des informations actualisées et exactes, nous ne pouvons garantir le résultat et nous nous efforcerons de corriger les erreurs qui nous seront signalées.

Sauf certains clichés publiés en accord avec leurs propriétaires; cartes postales, photographies, documents et autres appartiennent au fond GRIMBOT

Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à :

 AJ GRIMBOT.
Dernière mise à jour le : 30 avril 2021.

ARTHUR 2007